Faire un film.

Le site de référence de la vidéo amateur, entièrement gratuit !
Toutes les infos, conseils, et astuces pour faire un film de A à Z.

Formats vidéo dans Encodage

Attention ce point est extrêmement important ! C’est un peu technique mais absolument fondamental ! Voici les différents formats que l’on peut trouver à la sortie d’une caméra numérique :

En SD (Standard Definition) : caméscope miniDV

En Europe on utilise le format PAL. L’image est constituée de 720 pixels par ligne et de 576 pixels par colonne. Vous remarquerez que le rapport ne fait pas 4/3 mais 1,25 : les pixels ne sont en fait pas carrés ! (ceci est hérité des vieilles technologies TV, ça tend à disparaître de nos jours). De même lorsqu’on filme en mode 16/9, c’est toujours du 720x576, les pixels sont encore plus étirés pour l’affichage. Il est très important d’avoir ça à l’esprit quand on encode ! Par exemple si on a un film en PAL 720x576 mode 16/9 et qu’on encode en divx 720x576, les pixels deviendront carrés, l’image sera alors complètement déformée. La solution consiste à adapter le nombre de pixels pour obtenir un rapport 16/9 avec des pixels carrés. En pratique, pour un encodage Web standard, on peut utiliser le rapport 720x405.

Pixel carrés ou anamorphosés : attention aux distorsions de l’image !

De plus en PAL il y a 25 images par secondes, ceci suffit pour que l’œil reconstitue le mouvement, mais il se crée un effet de papillotement lumineux désagréable. C’est pourquoi lorsque ce format a été créé on a décidé d’afficher 50 demi-images par secondes (50Hz, justement la fréquence du réseau EDF), qui sont entrelacées ligne par ligne, noté 25i (25 images entrelacées par seconde). Pour faire simple : l’écran affiche d’abord toutes les lignes paires, ça lui prend 1/50s, puis toutes les lignes impaires, encore 1/50s, on a donc une image complète en 1/25s ! Ouf !

Cependant l’entrelacement est aujourd’hui obsolète est n’est utile que sur les vielles télés à tube cathodique. Sur les écrans d’ordinateur, LCD, plasma ou vidéo projecteurs, le papillotement n’est plus un problème. L’entrelacement peut au contraire sur ces écrans numériques produire un effet de peigne pour le moins disgracieux. Comme votre film sera aujourd’hui dans 99,9% des cas visionné sur un de ces supports, je vous conseille donc très fortement au moment de l’encodage de cocher la case « désentrelacement » pour enlever cet effet indésirable. On parle alors dans ce cas de vidéo « progressive », et on note 25p : il n'y aura plus 50 demi images mais bien 25 images pleines.

Effet de peigne dû à l'entrelacement

Aux États-Unis et au Japon, on utilise le format NTSC, c’est exactement le même principe, mais on a 640x480 pixels. C’est déjà dans un rapport 4/3, les pixels sont donc carrés dans ce mode, mais toujours « anamorphosés » (c’est-à-dire étirés) pour le mode 16/9. Comme dans ces pays le courant électrique est de 60Hz, on a choisi d’afficher 60 trames (demi-images) par secondes, soit 30 images pleines par seconde (ce qui est noté 30i). de même, il est recommandé d'éviter les images entrelacées et de passer sur du 30p.

En HD (Haute définition) :

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez approfondir le sujet, voici un sélection de ressources pour en savoir plus :

Les secrets de l'image vidéo

Les secrets de l'image vidéo de Philippe Bellaïche

La bible de la vidéo ! Ce livre détaille tous les formats, technologies existantes, et bases de l'optique afin de bien comprendre la vidéo ! Ce livre est avant tout destiné aux étudiants et professionels, mais les passionnés pourront aussi y trouver leur compte ! 

En savoir plus →